Rencontre avec Eléonore, artiste en résidence

Andrea
06.09.2021

À l'occasion de l'ouverture de ses quatre nouvelles maisons à Bruxelles, Sharies a décidé de collaborer avec l'artiste Eléonore de Margerie afin d'y concevoir et dessiner des fresque murales originales, qui viendront cohabiter avec les résidents au quotidien.

Pour Sharies, c'est non seulement l'occasion de renforcer sa volonté de concevoir des espaces de logements uniques, emprunts d'une signature stylistique et décorative originale, mais aussi de rendre hommage à l'ADN artistique de la commune de Saint-Gilles.

Rencontre avec une artiste en résidence

collaboration coliving artiste

A.R. : Bonjour Eléonore, peux-tu nous raconter tout d'abord ton rapport avec la ville de Bruxelles ?

E.M. : "C'est une ville que je connais bien. Après avoir fini mes études, je suis venue à Bruxelles en 2011 et j'y ai immédiatement loué des ateliers. Bruxelles, c'est une ville qui aime les artistes. Il suffit de se balader un peu dans les rues: il y a déjà beaucoup de fresques sur les murs, c'est quelque chose que tout le monde voit au quotidien, qui est complètement normal."

Pour toi, les Belges, et les Bruxellois particulièrement, sont plus ouverts à l'art ?

"Je crois que ça fait partie de leur quotidien. Il y a d'ailleurs beaucoup de collectionneurs privés à Bruxelles: les gens sont ouverts à l'idée d'acheter des œuvres de jeunes artistes. En fait Bruxelles, c'est une ville qui aime les artistes, et qui les fait bosser. En plus, les Belges sont très casaniers. Ils aiment leur maison, et ont envie d'en faire un endroit joliment décoré, où il y a des choses plaisantes et originales à regarder."

artiste coliving jardin

Du coup, travailler avec Sharies à Saint-Gilles, c'est un projet qui a du sens ?

"Totalement. Je trouve ça super que Sharies bosse avec des jeunes artistes, et c'est complètement cohérent avec l'esprit du quartier. Saint-Gilles, c'est une commune prisée des artistes, et en même temps qui est très mélangée, c'est parfait pour accueillir des personnes de tout horizon."

Raconte-nous le travail que tu as commencé à entreprendre Rue du Fort, dans une des maisons que Sharies va ouvrir en septembre.

Je vis depuis 10 jours dans la maison de Sharies rue du Fort. Je baptise la maison avant l'arrivée des résidents ! Je vais y rester jusque fin août donc j'ai beaucoup à faire en peu de temps, mais c'est un super challenge. Les espaces sont vraiment grands: il y a 4 mètres de hauteur sous plafond dans l'entrée, 3 mètres dans le séjour. C'est très innovant de traduire un dessin sur quatre mètres de hauteur. C'est une entreprise totalement innovante pour moi."

artiste collaboration coliving

"Cette fresque que je peins, c'est une image que les gens vont vivre au quotidien."

Cela représente un vrai challenge pour toi dans ce cas?

"Oui un super challenge. Parce que cette fresque que je peins, c'est une image que les gens vont vivre au quotidien. Il faut que je peigne quelque chose qui ne va pas embêter les gens et en même qui va leur faire plaisir chaque matin. Je suis un peu "responsable d'une vibe générale" ! (rires)"

Et la fresque en tant que telle, peux-tu nous raconter un peu plus ce qu'elle représentera ?

"Mon travail consiste en de l'abstraction géométrique. Je voulais peindre des paysages d'oasis, sans toutefois qu'ils ne soient trop figuratifs, afin qu'ils ne s'imposent pas trop. Un paysage, c'est universel, c'est fédérateur et démocratique, parce-que ça renvoie à des souvenirs. En créant des paysages abstraits, je voulais aussi laisser place à l'imagination et à l'interprétation, et juste faire plaisir."

Merci Eleonore, On a hâte de voir le résultat final !

murale artiste coliving

collaboration artiste coliving

Propos recueillis le 10 août 2021

Vous pouvez découvrir le travail d'Eléonore sur son site internet et venir le contempler dans nos résidences Sharies à Bruxelles.

artiste coliving Bruxelles

Autres

Articles

Andrea
10.09.2021

Sharies a fêté l'ouverture de ses espaces de coliving à Bruxelles

Lire l'article
Andrea
13.09.2021

Maison & objet 2021: on y était !

Lire l'article